Billet Forfait Grand Musée de la Cathédrale de Florence

Billet Forfait Grand Musée de la Cathédrale de Florence

Le complexe de la cathédrale de Florence et les importantes œuvres d'art et d'architecture - les 5 sites avec un seul billet forfait!

Cinq expériences magnifiques au coeur de Florence

AVERTISSEMENT IMPORTANT: L'accès ne sera pas autorisé à ceux qui se présentent sans le billet que nous envoyons. La confirmation de paiement de la banque n'est pas un billet valable et ne vous permettra pas d'accéder aux sites.

Pré-achat en ligne du billet forfait qui permet l'entrée à tous les sites du Grand Musée de la Cathédrale de Florence, l'ensemble monumental de Santa Maria del Fiore.

Le billet forfait comprend l'accès à:

  • Galleria dell'Opera di Santa Maria del Fiore (Musée de l’œuvre de la cathédrale)
  • La coupole de Brunelleschi
  • Campanile (clocher) de Giotto
  • Baptistère de Saint Jean
  • Ruines de Santa Reparata

Découvrez les trésors de la cathédrale de Florence dans un des musées d'église les plus importants d'Italie – le Musée de l’œuvre de la cathédrale, ou Museo dell'Opera del Duomo. Admirez la coupole de la cathédrale de Florence, chef-d'œuvre de l'architecture construit par Filippo Brunelleschi. Montez sur le clocher (campanile) de Giotto, considéré le plus beau en Italie. Visitez le « merveille a huit faces » de Florence, le Baptistère de Saint Jean. Voyagez dans le temps - explorez le site archéologique de Santa Reparata, l'ancienne basilique paléochrétienne de Florence. Toutes les cinq visites sont incluses dans un seul billet forfait!

  • Le billet forfait prépayé permet un seul accès à chacun des 5 sites du Grand Musée de la Cathédrale de Florence. Le billet forfait n'autorise pas deux entrées au même monument.
  • Le billet prépayé ne comprend pas pas l’accès prioritaire au monuments.
  • Il est possible de réserver la visite de planification pour le Dôme, obligatoire, gratuit et sous réserve de disponibilité, à un second moment, un ticket à la fois.
  • Le billet doit être utilisé avant minuit du sixième jour de la date choisie au moment de l'achat. Le billet est valable pendant 48 heures à partir de l’accès au premier monument.
  • IMPORTANT: erreurs sur le choix de la date de la visite ne sont pas remboursables.
  • Le billet contient un code barres lisible par les tourniquets aux entrées des différents sites. Nous ne recommandons pas l'utilisation de la tablette en raison de la difficulté de lecture du code à barres à l'entrée
  • Les visiteurs en possession du billet forfait doivent aller directement à la ligne d'entrée de chaque monument, sans passer par la caisse / billetterie.
  • Votre billet est personnel et non transférable.

** ATTENTION GROUPES: pour assurer la génération correcte des billets, le nombre maximum de billets par commande est 10 billets. Pour les groupes de plus de 10 personnes, il est donc nécessaire de passer une commande par 10 personnes ou par fraction supplémentaire à ce nombre de personnes.**

Veuillez noter: Immédiatement après avoir soumis votre commande, vous recevrez un e-mail/courrier électronique de confirmation avec les liens vers les billets. Nous vous prions de vous assurer que votre filtre anti-spam ne bloque pas les e-mails/courriers électroniques automatiques provenant de nous.

Conditions d'annulation: Les billets ne peuvent être annulées et ne sont pas remboursables.

WEEKEND in ITALY ne remboursera que le coût total de votre billet, y compris les frais de service, si le monument reste fermé pendant toute la période de validité du billet.

IMPORTANT - Code de Comportement

L'ensemble monumental de la cathédrale Santa Maria del Fiore est avant tout un lieu de culte. Les visiteurs sont priés de respecter quelques règles simples. Votre billet pré-acheté ne garantit pas l'accès ou la possibilité de rester à l'intérieur du monument. Vous pouvez être priés de quitter les lieux si vous choisissez de ne pas respecter ce qui suit:

  • Le port de vêtements appropriés est exigé - bras et épaules doivent êtres couverts, ainsi que les jambes. Une attention particulière à ce point; l'accès à la Cathédrale, le Baptistère et la Crypte sera refusée sans une tenue appropriée.
  • Vous êtes priés de respecter le silence
  • Vous êtes priés d’éteindre vos téléphones portables et autres appareils électroniques
  • Ne pas manger ni boire
  • Les animaux ne sont pas acceptés
  • Ne pas toucher les œuvres d'art
  • Défense de fumer
  • Défense de photographier au flash ou avec trépied
  • Entrée non autorisée avec de grandes valises
  • Garde-robe ne présentera pas

Galleria dell'Opera di Santa Maria del Fiore / Musée de l'œuvre de la cathédrale

La Galleria dell'Opera di Santa Maria del Fiore, un des musées d'église les plus importants d'Italie, abrite de nombreuses œuvres d'art créés à l'origine pour la basilique Santa Maria del Fiore, la cathédrale (Duomo) de Florence.

Le Museo dell'Opera del Duomo a été inauguré en 1891, basée sur la conception de l'architecte Luigi del Moro. Il a été rénové après l' inondation de 1966. L'aménagement actuel date de Décembre 1999. Le présent palais a été construit sur les lieux d'une construction antérieure acquit en 1400.

Depuis la fin des années 1800, le musée a reçu un flot ininterrompu d'œuvres d' art retirés de leurs emplacements en plein air à Santa Maria del Fiore, au Baptistère et au Campanile pour des raisons de préservation.

La collection témoigne donc d'une tradition des arts plastiques typiquement florentine, d'une tradition qui a été formé au cours des différentes phases de construction de Santa Maria del Fiore, et qui a continué a évoluer pendant des siècles.

Un exemple typique est celui de la première façade, restée en place jusqu'à ce que le Grand-Duc – conseillé par Bernardo Buontalenti dans le cadre du nouveau plan d'urbanisme – la fit démolir en 1587. Le projet plus moderne qui la remplaça atteint sa version définitive seulement en 1871. Ce développement excluant l'utilisation des sculptures originales fit en sorte qu'elles soient encore dans le musée.

Au rez-de-chaussée, vous trouverez les statues originales pour la première façade partielle de la cathédrale de la main d'Arnolfo di Cambio, ainsi que les originaux des panneaux de portes du baptistère de Ghiberti, récemment restaurées. Vous verrez aussi la salle avec les peintures à fond d'or et la chapelle des reliques, qui comprend le fameux reliquaire avec le livre de Saint Paul.

En montant l'escalier monumental, vous tomberez sur le joyau du musée - la deuxième des trois Pietà de Michel Ange, dite la Pietà de Bandini.

Au deuxième étage, la salle des Cantorias par Luca Della Robbia et Donatello, transférés ici de l'intérieur de la cathédrale, représente l'un des moments les plus significatifs de la sculpture de la Renaissance du point de vue architectural et sculptural. Ici, vous aurez également l'occasion de voir de près les magnifiques originaux des statues pour les niches du campanile.

La salle attenante présente les panneaux hexagonaux et en forme de losange du campanile de Giotto. Ils furent crées par Andrea Pisano, Alberto Arnoldi, Luca Della Robbia, et d'autres. Les sculptures des XVIe et XVIIe siècle de l'école toscane qui font également partie de la collection du musée témoignent de l'intérêt porté à poursuivre le développement et la construction de la cathédrale. Les nouvelles salles contiguës présentent différents modèles en bois de la coupole, ainsi que les outils utilisés par Filippo Brunelleschi pour sa construction.

A côté de la salle des Cantorias, vous trouverez la salle du trésor de la cathédrale. Elle contient des accessoires liturgiques, y compris une série de reliquaires du XIIIe au XVIIIe siècle, une croix de procession (peut-être émaillée par Luca Della Robbia), et plusieurs tapisseries brodées d'or du XVIe siècle. La sculpture en bois représentant Madeleine de Donatello se trouve au centre de la pièce. Le magnifique autel de Saint Jean, un chef-d'œuvre de l'œuvre de l'orfèvrerie florentine (1366-1480) fut réalisé par les artistes Michelozzo, Verrocchio, Antonio del Pollaiolo, et Bernardo Cennini. L' autel ainsi que la croix par Pollaiolo furent créés pour le Baptistère.

Très important sont les trois antiphonaires et un graduel avec miniatures du XVIe siècle. Ce sont quatre des 58 manuscrits ayant survécu à l'inondation de 1966.

Un centre d'apprentissage pour aveugles est prévu à l'étage supérieur avec un itinéraire privilégié permettant de toucher les statues. Un espace ateliers pour les enfants est prévu pour le futur.

L'utilisation de l'espace dans ce nouveau est toutefois temporaire. Un nouveau musée sera créé grâce à la récente acquisition de l'immeuble voisin, l'ancien Teatro degli Intrepidi. Le nouveau musée offrira environ deux mille mètres carrés d'espace d'exposition qui servira à organiser une sentier de découverte détaillée à travers ces «pierres vivantes» de Florence.

Grace au travail inlassable de ses marbriers et tailleurs de pierre, le Musée de l'Opéra de Santa Maria del Fiore continu a être le gardien et le garant de ces trésors et assiste à l'entretien et la préservation de l'ensemble sacré formé par la cathédrale, le Baptistère et le Campanile.

La Coupole de Brunelleschi

Formé par deux coupoles interconnectés, la coupole octogonale fut construite entre 1418 à 1434 sur base du projet que Filippo Brunelleschi présenta lors de la compétition de 1418. Dédiée à Santa Maria del Fiore (Sainte Marie de la Fleur), ce temple consacré le 25 Mars 1436 reste celui avec la plus grande coupole jamais construite en briques.

La coupole est une merveille du monde de l'architecture, et son exécution reste à bien des égards encore un mystère. Avec sa coupole octogonale plus haute et plus large que jamais n'ai été construite, sans contreforts extérieurs pour l'empêcher de s'écarter et de tomber sous son propre poids, les difficultés techniques ont été parmi les plus grandes jamais connues – et surmontées – de l'histoire de l'architecture.

Lors de votre visite, vous pourrez admirer les détails de ce travail, créé par le génie de Filippo Brunelleschi. Prenez les allées, les couloirs et les escaliers en colimaçon qui mènent au sommet de la terrasse panoramique (92 metres), et voyagez dans le temps. La coupole est de 45,5 mètres de diamètre, ce qui équivaut tout le Baptistère. L’étonnante innovation de Brunelleschi était celle de cintrer la coupole sans un squelette en utilisant une double calotte séparée par un espace rempli d'air. Les briques de la voûte interne (deux mètres d'épaisseur), arrangées dans un motif à chevrons sont autoportantes, tandis que la voûte extérieure n'est qu'une couverture.

Au sommet de la coupole se dresse la lanterne avec son revêtement en forme de cône d'après un dessin de Brunelleschi, réalisé après la mort de l'artiste (1446). La boule de cuivre dorée de Verrocchio ornée d'une croix contenant des reliques a été mise en place en 1466.

La splendide fresque couvrant les plus de trois mille mètres carrés de la coupole de Brunelleschi a été créé entre 1572 et 1579 par Giorgio Vasari et Federico Zuccari. Avec ses représentations du Jugement Dernier, elle partage le thème iconographique avec le Baptistère. Les fresques de la coupole ont été entièrement restaurés entre 1978 et 1994.

Campanile de Giotto

Le magnifique campanile de Giotto est l'une des quatre composantes principales de la Piazza del Duomo de Florence. Richement décoré de sculptures, reliefs, et de marbre polychrome, il est le témoignage le plus éloquent de l'architecture gothique florentine du XIVe siècle.

La tour élancée se lève sur un plan carré avec un côté de 14,45 mètres. Elle s'élève à une hauteur de 84,7 mètres soutenue par quatre contreforts polygonaux aux coins. Ces quatre lignes verticales sont traversées par quatre lignes horizontales, divisant la tour en cinq niveaux.

Revetu de marbre blanc, rouge et vert comme la cathédrale, le clocher majestueux a été commencé par Giotto en 1334. Le clocher a probablement été créé comme décoration plutôt que en tant qu'élément fonctionnel, et il est considéré comme le plus beau en Italie.

Au moment de sa mort en 1337, Giotto avait seulement vu la réalisation de la première partie du projet. C'est Andrea Pisano qui a complété les deux premiers niveaux selon le projet de Giotto.

Le riche appareil décoratif des panneaux hexagonaux et a forme de losange montre le concept de l'ordre universel et l'histoire de la Rédemption. Les reliefs commencent avec la création de l'homme et continue avec la représentation de ses activités, les planètes qui régissent le cours de son existence, les vertus qui le renforcent, les arts libéraux qui l'éduquent, et les sacrements. La plupart des panneaux sont attribués à Andrea Pisano, certains à son fils Nino Pisano, et aux assistants d' Andrea Pisano. Six panneaux sur le côté nord sont attribuées à Luca della Robbia.

Les statues méritent une mention à part. Au deuxième niveau, Andrea Pisano a inséré seize niches au lieu de bas-reliefs. Ces niches étaient destinées à contenir les sculptures des rois et des Sibylles ainsi que des patriarches et des prophètes. Nanni di Banco et Donatello ont créé quelques unes de ces sculptures, y compris le beau groupe sculptural du sacrifice d'Isaac. Cet oeuvre représente un des exemples les plus éminents du naturalisme du XVe siècle dans la sculpture. Pour des raisons de préservation, les originaux de toutes les sculptures sont maintenant dans le Museo dell'Opera (Musée de l'œuvre de la cathédrale).

Les travaux du Campanile furent interrompues pendant les deux ans de la terrible pandémie de peste noire, de 1348 à 1350. Mais en 1359, le Campanile fut terminé par Francesco Talenti, le créateur ingénieux des grandes fenêtres de l'étage supérieur. Motif emprunté au clocher de Sienne, les doubles fenêtres à meneaux et les grandes fenêtres trilobées ouvrent le bâtiment à la lumière, ce qui rend la construction élégamment gothique tout en conservant la composition classique de l'ensemble.

Une grande terrasse située au sommet des plus de 400 marches est en saillie vers l'extérieur. La terrasse est le dernier élément que nous devons à Talenti qui rejetât le projet de Giotto pour un toit en flèche. Ce “toit-terrasse” panoramique offre une vue incomparable sur Florence et les collines environnantes.

Le baptistère de Saint Jean

Architecture et extérieur

Le Baptistère de Saint Jean est célèbre pour sa forme octogonale. La structure inhabituelle est entièrement revêtit de marbre blanc et vert de Prato. Une coupole à huit segments qui reposent sur les murs périmétriques surmonte le Baptistère. Cette coupole fut masqué de l'extérieur en relevant les parois sur les arcs du second niveau, ainsi que par un toit de forme pyramidale aplatie. Cette structure fascinante et extrêmement complexe créa un défi pour les chercheurs qui essayent toujours de dater exactement la construction.

Au Moyen Age, les Florentins crurent que le Baptistère fut un ancien temple païen transformé en église, datant de la période romaine de la ville. En effet, une bonne partie du marbre de la façade du Baptistère, de nombreux fragments et inscriptions antiques, ainsi que les grandes colonnes soutenant les linteaux sur les portes à l'intérieur, proviennent des ruines de la Florentia romaine (précurseur de Florence), et peut-être de certains bâtiment païen.

Le Baptistère que nous voyons aujourd'hui est une version beaucoup plus large d'un baptistère primitif datant du IVe au Ve siècle. Les fouilles du siècle passé ont révélé les vestiges de constructions romaines sous le Baptistère et la cathédrale. Plusieurs grilles au sol permettent d'illuminer une zone souterraine montrant les restes d'une maison romaine avec ses mosaïques géométriques.

Au début du XIIe siècle, le Baptistère de Saint Jean fut revêtit de splendide marbre vert et blanc qui pris la place du grès précédent. Le troisième ordre avec ses baies de marbre et le toit pyramidal avec la lanterne ont probablement été ajouté au milieu ou vers la fin du XIIe siècle. En 1202, l'ancienne abside semi-circulaire a été remplacé par la rectangulaire «scarsella » d'aujourd'hui, la petite abside qui dépasse de la façade ouest. Le bâtiment est l'un des très beaux exemples de l'architecture romane de la ville.

Intérieur du Baptistère

Pendant la seconde moitié du XIe siècle, l'intérieur du Baptistère fut revêtu de marbre. Ce fait, ainsi que les colonnes monolithiques et deux sarcophages, évoque la « gravitas » du Panthéon a Rome. Le sol avec sa marqueterie de marbre de style oriental abonde en motifs décoratifs élégants avec signes du zodiaque en relief, et ressemble à un précieux tapis oriental.

Sur le mur à droite de l'abside, vous remarquerez le sarcophage de l'évêque Ranieri qui porte une inscription en hexamètres léonins de l'an 1113. Une précieuse oeuvre créé par Donatello et Michelozzo de 1421-1427 se trouve a droite de l'abside: le tombeau de Baldassarre Cossa, l'antipape Jean XXIII.

Des paires de bénitiers sur des petites colonnes en spirale, un candélabre gothique attribué à un disciple d'Arnolfo, et des fonts baptismaux de la fin du XIVe siècle, attribué à un disciple de Andrea Pisano complètent la décoration intérieure. La plupart des éléments décoratifs originaux du Baptistère, y compris la Madeleine de Donatello, sont aujourd'hui gardés dans le Museo dell'Opera del Duomo.

Mosaïques du Baptistère

Le magnifique décor de mosaïque de l'intérieur a été commencé au XIIIe siècle. Il revêtit la scarsella et l'ensemble de la coupole et reflète les traditions byzantines de façon splendide. De nombreux artisans ont travaillé à la création de ce chef-d'œuvre touchant et expressif - y compris des artistes anonymes vénitiens, ainsi que Jacopo Torriti, et peut-être des représentants de la nouvelle école picturale florentine comme Cimabue et Coppo di Marcovaldo.

Les mosaïques sont dominées par une majestueuse figure du Christ (haute de plus de 8 mètres!) au centre. Des scènes du Jugement Dernier occupent trois des huit segments de la coupole. Les registres horizontaux supérieurs des cinq segments restants représentent de scènes de la vie de Saint-Saint Jean Baptiste, saint patron de Florence, et des épisodes de la vie du Christ, de Marie et de Joseph, ainsi que des scènes de la Genèse. Le registre le plus élevé au centre de la coupole montre des représentations des hiérarchies angéliques.

Les portes en bronze

Sous le patronage de la riche corporation marchande du Change et de la Laine « Calimala », le Baptistère fut également embelli avec trois belles portes de bronze. Le Baptistère doit beaucoup de sa renommée à ces dernières - et à juste titre, car elles constituent un point élevé inégalée du style gothique et de la sculpture Renaissance en Italie.

La plus ancienne porte, face au sud, était à l'origine située sur le coté est. Elle a été successivement remplacée par celle créé par Lorenzo Ghiberti, connu comme la «Porte du Paradis ». A l'origine, la porte fut commandée au sculpteur Andrea Pisano qui la créa entre 1330 et 1336. Les vingt baies supérieures de la porte montrent des épisodes de la vie de Saint Jean Baptiste, tandis que les huit autres racontent les vertus chrétiennes. La frise qui encadre les portes a été sculptée au milieu du XVe siècle par Vittorio Ghiberti, fils de Lorenzo Ghiberti. Le groupe sculptural de bronze sur le linteau représentant Saint Jean Baptiste, son exécution, et Salomé fut créé par Vincenzo Danti (1570).

La porte nord fut la prochaine à être réalisé. Elle servit de banc d'essai pour le concours de 1401, qui fut remporté par Lorenzo Ghiberti.

Substantiellement disposé comme la porte sud, les vingt panneaux supérieurs représentent des scènes du Nouveau Testament, tandis que les huit panneaux inférieurs montrent les Evangélistes et les quatre Pères de l'Eglise. Les ailes, par Lorenzo Ghiberti, sont décorées avec des scènes de la vie du Christ, tandis que le linteau représente Saint Jean Baptiste prêchant par Giovan Francesco Rustici. Le blason de la corporation Calimala est représenté au-dessus de la fenêtre: l'aigle Calimala tenant le rouleau de tissu.

La porte est le chef-d'œuvre entièrement Renaissance réalisé par Ghiberti et ses assistants, dont Luca della Robbia. Michel Ange a dit d'elle qu'elle pourrait bien être la porte du Paradis - et elle a depuis lors été appelée par ce nom.

Ghiberti et son atelier obtinrent la commission de la porte sans concurrence. A la différence des deux autres portes elle est composée de seulement dix grands panneaux. Ceux-ci illustrent des scènes de l'Ancien Testament et ne sont plus encadrés par une frise gothique. Ghiberti et ses assistants ont plutôt proposé de nouvelles solutions en perspective, et utilisé le style « stiacciato» de Donatello (c'est-a-dire en relief très peu élevé). Les sculptures au-dessus de la porte par Andrea Sansovino et Innocenzo Spinazzi sont datées 1502.

De chaque côté de la «Porte du Paradis » vous pourrez admirer deux colonnes de porphyre. Celles-ci furent un don de la part des Pisans comme remerciement pour l'aide militaire offerte par Florence en 1117 contre Lucca.

Le site archéologique de la crypte de Santa Reparata

Une importante campagne de fouilles sous la cathédrale de Santa Maria del Fiore menée entre 1965 et 1972 a mis en évidence les vestiges de l'ancienne basilique de Santa Reparata, témoignage le plus concret du christianisme primitif à Florence. Parmi les preuves trouvées avant étaient comprises les fouilles de Santa Felicita, quelques notes sur la cathédrale de San Lorenzo, et quelques pierres tombales et des sarcophages – mais guère plus.

Aujourd'hui, l'ancienne basilique paléochrétienne de Florence, qui fut restaurée à plusieurs reprises et également utilisé pour les réunions du Parlement de la République avant la construction du Palazzo Vecchio est accessible au public.

Santa Reparata est parmi les plus grands complexes des premiers chrétiens de la Tuscia, la région historique qui comprend les territoires du sud sous influence étrusque, y compris l'ensemble de la région de la Toscane, une grande partie de l'Ombrie et les régions du nord du Latium. Santa Reparata est positionné en face du Baptistère, huit mètres en avant par rapport à l'actuelle cathédrale.

La première Santa Reparata doit avoir été ouverte et lumineuse, avec d'élégantes arcades et colonnes de marbre, semblable à la basilique de Sant' Apollinaire Nuovo à Ravenne, avec une nef et deux bas-côtés. Des colonnades délimitèrent la nef, et un enclos séparait l'abside du chœur et de la zone de culte de la partie réservée au public. L'allée centrale fut prolongée pour la distribution de la communion. Santa Reparata fut probablement construite pour célébrer la victoire chrétienne sur le roi Ostrogoth Radagasius aux environs de 405.

Santa Reparata fut ensuite reconstruite à l'époque carolingienne, après avoir subi des dommages lors de la guerre des Goths. Santa Reparata maintint sa disposition précédente avec l'ajout de deux chapelles latérales dans la zone de l'abside, une petite crypte, et un nouveau plancher, et on peut l'imaginer semblable à l'abbaye de Pomposa à Ferrare, de la même période.

Les années 1050-1106 marquent la construction d'un nouveau chœur surélevé et d'une nouvelle crypte où fut placé le corps de saint Zénobe, transféré de l'ancienne cathédrale de San Lorenzo, au cours du IXe siècle. Il y fut conservé jusqu'en 1440 quand il fut placé à l'intérieur de la nouvelle cathédrale Santa Maria del Fiore. Des rénovations d'entretien successives conservèrent Santa Reparata jusqu'en 1379, année pendant laquelle elle fut définitivement démoli pour faire place à la nouvelle cathédrale. Une image de Santa Reparata de cette période est visible aujourd'hui dans la fresque au Musée del Bigallo a la Madonna della Misericordia en plein centre de Florence.

Il y a maintenant une preuve archéologique que les restes de non moins de quatre églises se trouvent sous la cathédrale d'aujourd'hui: l’église originale plus trois reconstructions. L'escalier qui mène vers les fouilles de l'ancienne cathédrale descend entre le premier et le deuxième pilier sur le côté droit de la nef à l'intérieur de la cathédrale. La vaste superficie, ouverte au public en 1974, contient de nombreux vestiges des murs et des planchers des maisons de la Florentia romaine. Le sol porte les noms des quatorze donateurs d'origine Latine qui financèrent la construction.

Le sol est formé par de beaux mosaïque polychrome avec décorations géométriques, qui comprennent le motif de la croix. A noter également un beau paon, symbole de l'immortalité, l'un des rares éléments figuratifs préservés.

Une fresque florentine du XIVe siècle qui ornait le mur semi-circulaire de l'abside à droite nous amène à croire que Santa Reparata était chère aux Florentins. Cet oeuvre d'un peintre du style de Giotto du milieu des années 1300 fut ajouté à Santa Reparata même si l'église avait déjà été condamnée à la destruction et insérée dans la nouvelle cathédrale.

De nombreuses pierres tombales incluent notamment la très belle dalle de Lando di Giano, aumônier de Santa Reparata, décédé en 1353, ainsi que la première dalle de Niccolò Squarcialupi de 1313, ainsi que celle de Giovanni Di Alamanno de Médicis, décédé en 1352. Santa Reparata abrite peut-être même les tombes de deux papes: Stephane IX et aussi Nicolas II, évêque de Florence en 1058. Dans le cadre de la campagne de fouilles, le tombeau de Filippo Brunelleschi a également été trouvé, tandis qu'il ne reste aucune trace des tombes de Giotto, Arnolfo di Cambio, ou Andrea Pisano qui, selon la tradition, furent surement enterrés ici.

Billets Plein Tarif

Billets à tarif réduit:

  • Membres du FAI
  • Enfants de 6 à 11 ans

* S'il vous plaît noter: Il ya des contrôles aléatoires sur l'achat de billets réduits

Accès gratuit (UNIQUEMENT à la billetterie):

  • Enfants de moins de 6 ans
  • 1 billet gratuit par enseignant ou accompagnateur officiel par chaque groupe scolaire de 10 élèves
  • 1 billet gratuit par enseignant ou accompagnateur officiel par chaque groupe de 20 personnes en groupe homogène
  • Police, accès pour raisons de service spécifiques
  • Journalistes avec carte de membre de la presse étrangère en Italie, Ordre Italien National des Journalistes, ou autorisés par Opera di Santa Maria del Fiore
  • Personnes handicapées (accès gratuit pour leurs aides soignantes seulement dans le cas où leur présence soit indispensable)
  • Membres de l'ICOM/ICOMOS
  • Guides touristiques officiels de Florence
  • Prêtres, religieux et religieuses

ATTENTION:l'admission peut être refusée sans présentation du bon de confirmation («voucher») ou billet imprimé. Une copie du bon de commande ou l'email de confirmation imprimée ne donnent aucun droit d'admission. Il n'y a aucune exception à cette règle.
Organisation Technique Opera di S. M. del Fiore di Firenze Provided by Opera di S. M. del Fiore di Firenze
Réserver
À partir de 3.00€