Billet cumulatif 3 jours: Galerie des Offices, Palais Pitti et Jardin Boboli

Ce billet cumulatif est valable 3 jours consécutifs et vous permet d'accéder à chacun des lieux qui forment le complexe de la Galerie des Offices (la Galerie des Offices, Palazzo Pitti et le jardin Boboli).

Panoramique

Ce billet cumulatif est valable pendant 3 jours consécutifs et vous permet d'accéder à chacun des lieux qui forment le complexe de la Galerie des Offices (la Galerie des Offices, Palazzo Pitti et le jardin Boboli).

Dans le formulaire de réservation, choisissez la date et l'heure de l'activation du billet à la Galerie des Offices, qui sera le premier musée à visiter. Vous devrez vous présenter à la caisse des réservations à la Galerie des Offices au moins 15 minutes avant l'heure confirmée à la date choisie. Vous aurez alors ce jour-là pour visiter la galerie des Offices et les deux jours consécutifs pour visiter Palais Pitti et le jardin Boboli, pendant les heures d'ouverture.

 

Les lieux inclus dans le billet:

Galerie Uffizi: l'un des plus célèbres musées au monde, sa collection compte des milliers d'œuvres d'un passé riche en créativité et en imagination artistique. Une partie de la collection est le résultat des commissions de la guilde des arts et métiers qui a permis les échanges commerciaux, culturels et artistiques qui ont fait de Florence l'une des capitales mondiales de l'art. D'autres œuvres proviennent de donations diplomatiques, d’anciens couvents et de legs de dynastie. La vaste collection comprend des œuvres d’artistes tels que Cimabue, Giotto, Masaccio, Botticelli, Léonard de Vinci, Michel-Ange et Raphaël.

Palais Pitti: symbole de la puissance de la famille grand-ducale des Médicis, le palais était aussi la résidence des dynasties Habsbourg-Lorraine (successeurs des Médicis en 1737) et de la maison de Savoie, famille royale de l’Italie à partir de 1865. Il abrite actuellement quatre musées: le Trésor des grands-ducs, la Galerie Palatine et les appartements royaux et impériaux, la Galerie d'art moderne et le Musée de la mode et des costumes.

Jardin Boboli: modèle parfait du jardin italien, initialement organisée par la famille des Médicis, est en soi une collection de statues anciennes et de la Renaissance, orné de grottes - dont la plus célèbre fut créée par Bernardo Buontalenti - et de grandes fontaines. Le circuit comprend le jardin Boboli, le jardin Bardini attendant et le Musée de la porcelaine.

 

à savoir avant de réserver

VEUILLEZ NOTER: Immédiatement après avoir soumis votre réservation, vous recevrez deux e-mails. Le premier contient la confirmation de réservation (vous recevrez celui-ci immédiatement après avoir fait votre réservation), le second mail confirme que le paiement soit réussi. Afin de recevoir ces deux e-mails, assurez-vous s'il vous plaît d’entrer votre adresse e-mail correctement et vérifiez que vos filtres antispam ou antivirus ne bloquent pas les e-mails de notre adresse [email protected] Une attention particulière est requise de la part des utilisateurs d'AOL, Comcast et sbcglobal.net.

NOTE IMPORTANTE: Le musée ou l'attraction confirmeront automatiquement le prochain horaire de visite disponible – cet horaire peut être à tout moment pendant la journée sélectionnée, si l'horaire exact de votre choix n'est plus disponible.

CONDITIONS D'ANNULATION

Une fois qu'un code de confirmation a été attribué à votre réservation, et au cas ou vous ne vous présenterez pas, nous pouvons rembourser le coût des billets non utilisés moins les frais de service (frais de réservation et frais de réservation en ligne).

Catégories de prix

Billets plein tarif

Billet tarif réduit

  • Citadins de l’U.E. entre 18 et 25 ans (sous présentation de document d’identité)

Entrée gratuite

  • Enfants de moins de 18 ans, de toute nationalité. Les visiteurs de moins de 12 ans doivent être accompagnés.
  • Enseignants d’écoles publiques italiennes (sous contrat indéterminé et présentation de documentation idoine)
  • Enseignants et étudiants des facultés d’architecture, de conservation du patrimoine culturel, de sciences de la formation et des cours de maîtrise en lettre ou en matière littéraire et études en architecture ou en histoire de l’art, des facultés de lettre et de philosophie (le étudiants doivent présenter la certification pour l’inscription de l’année académique en cours)
  • Enseignants et étudiants de l’Académie des beaux arts (les étudiants doivent présenter la certification pour l’inscription de l’année académique en cours),
  • Guides touristiques en exercice de leur activité professionnelle (sous présentation d’une licence valable délivrée par les autorités compétentes)
  • Interprètes touristiques en exercice avec le guide (sous présentation d’une licence valable délivrée par les autorités compétentes)
  • Employés du Ministère italien du patrimoine et activités culturelles
  • Membres ICOM (International Council of Museums)
  • Pour motif de recherches et d’études, attestées par les institutions universitaires ou écolières, par les académies, par les institutions de recherche et de culture italiennes ou étrangères, par les organes du Ministère du patrimoine et des activités culturelles ou encore pour exigences particulières ou motivées, la direction des instituts peut consentir aux sujets qui en font la demande l’entrée gratuite pour des périodes définies

Entrée gratuite le premier dimanche de chaque mois

Écoles: Entrée gratuite, la réservation doit être faite directement auprès du musée.


Le coût du service et le coût d'éventuelles expositions spéciales seront à payer dans tous les cas, même par ceux qui ont accès aux billets réduits ou gratuits et pendant les jours d'accès gratuit.

Prière de noter: pour l’entrée au musée il vous sera demandé un document d’identité qui justifie le motif de la réduction.

Règles de comportements:

Avant d'entrer dans les zones d'exposition, sacs à dos, bagages, parapluies et autres articles volumineux doivent être déposés a la garderobe. Le dépôt est gratuit. Certains musées exigent que les visiteurs passent par le détecteur de métaux avant d'accéder au site.

 

Galerie des Offices et Palazzo Pitti:

Tous les visiteurs sont tenus d'observer un comportement conforme aux règles communes de bonnes manières. En général, il est interdit de se comporter de manière qui puisse compromettre la sécurité des œuvres ou d'autres visiteurs. Il est nécessaire de respecter les instructions générales indiquées sur les panneaux du Musée et par le personnel sur place. S'il vous plaît, parlez avec un ton modéré. Des vêtements adéquats sont nécessaires pour les musées (il est considéré comme inapproprié, par exemple, de visiter le Musée en maillots de bain, ou avec des vêtements qui exposent trop de peau nue). Marcher pieds nus et torse nu dans les musées est également interdit.

Les visiteurs âgés de moins de 12 ans doivent être accompagnés. Les téléphones portables doivent être éteints ou au moins mis en mode silencieux.

Il est toutefois absolument interdit de:

  • Toucher les œuvres d'art ou d'approcher des objets susceptibles de les endommager (à l'exception des visiteurs malvoyants et aveugles, en ce qui concerne les œuvres incluses dans leurs sentiers dédiés)
  • S’appuyer sur les stands des sculptures et sur les murs
  • Courir dans les musées
  • Consommer des aliments et des boissons dans les zones d'exposition
  • Introduire des boissons en conserve
  • Introduire des boissons alcoolisées ou des boissons corrosives (comme par exemple le Coca-Cola)
  • Tabagisme (l'interdiction comprend également les cigarettes électroniques)
  • Photographier avec l'utilisation du flash; Photographier ou faire des séquences vidéo avec des perches à selfie, des stands et tout équipement professionnels
  • Écrire ou badigeonner les murs
  • Abandonnez les cartes, les bouteilles, des chewing-gums ou d'autres déchets: utilisez les conteneurs appropriés!
  • Introduire à l'intérieur du musée des couteaux et/ou des outils métalliques de diverses sortes
  • Introduire n'importe quel type d'arme à feu et/ou matériel dangereux.
  • L’accès est également interdit au visiteur armé (même avec un port d'arme régulière) d'autres conditions différentes doivent être communiquées au préalable et éventuellement autorisées par le directeur de l'Institut.
  • Introduire des animaux, à l'exception des chiens-guides pour les malvoyants, du chien d'assistance aux handicapés et des animaux domestiques, dont le soutien au traitement thérapeutique (pet therapy) est certifié par des médecins de structures sanitaires publiques.
  • Le personnel de surveillance, identifiable par l'insigne et un uniforme spécial, est à la disposition des visiteurs pour obtenir des informations sur les collections et les services offerts par le Musée. Le personnel est responsable de la sécurité des oeuvres et des personnes et de l'observation du présent règlement. Les visiteurs sont donc obligés de se conformer aux indications exprimées par le personnel de surveillance qui, si nécessaire, est autorisé à intervenir et aussi à éloigner ceux qui, avec leur comportement, mettent en péril la sécurité des œuvres d'art ou s’ils dérangent les autres visiteurs.

En ce qui concerne les images photographiques, il est permis de faire des photographies des œuvres (à l'exclusion de celles exposées dans les expositions temporaires) à des fins d'utilisation personnelle et scientifique, non à des fins commerciales ou de publications, pour lesquelles une autorisation doit être demandée sous paiement d'une taxe, le cas échéant.

Nous rappelons également qu'il est permis de dessiner et de prendre des notes avec le crayon, ou avec des appareils numériques, alors que l'utilisation de couleurs, chevalets, pupitres et d'autres supports ou équipements encombrants n'est pas autorisé.

 

Jardin Boboli

Il est interdit de:

  • Dégrader ou endommager les sculptures, éléments architecturaux ou d'ameublement du jardin
  • Piétiner les prés où signalés ou où délimités
  • Cueillir des fruits ou des fleurs, grimper aux arbres et s’accrocher aux branches
  • Introduire des bâtons de marche nordique, des bicyclettes, des planches à roulettes ou des patins, ainsi que des véhicules motorisés de toute nature
  • Introduire les chiens et les animaux en général, même en laisse ou avec museau, à l'exception des chiens-guides pour les aveugles
  • Jeter tout type d’ordure en dehors des conteneurs appropriés
  • Faire du feu, laisser des cigarettes allumées ou adopter des comportements qui pourraient causer un risque d'incendie
  • Capturer ou harceler des spécimens de la faune
  • Donner à mangers aux animaux
  • Jouer à la balle, creuser des trous, lancer des pierres, courir, déranger les autres visiteurs, se baigner dans les bassins et les fontaines
  • Crier ou utiliser des radios sans écouteurs
  • Porter des vêtements inappropriés ou faire preuve de comportements qui ne conviennent pas à la dignité du lieu
  • Les adultes et les enseignants doivent accompagner et superviser les mineurs et les groupes scolaires.
  • Pour la sécurité des visiteurs, veuillez noter que le sentier peut présenter des dangers dus à des profils de terrain différents, des piétinages inégaux, des marches usées ou glissantes de la pluie ou de l'humidité. Il est également recommandé que vous ne marchiez pas sur les pentes, sur l'herbe et les falaises, de ne pas grimper sur les parapets ou de se pencher de ceux-ci, de se tenir sous les arbres en présence de vents forts, étant donné le danger de chutes des branches.
  • Nous vous rappelons que les tournages photographiques, cinématographiques ou télévisuels destinés à la publication ou à des fins lucratives nécessitent une autorisation spécifique.

 

Règles spéciales pour groupes:

Groupes:

  • À partir du 1er mars 2019, tous les groupes d'au moins 15 personnes visitant la Galerie des Offices seront tenus de payer le montant de 70,00 € devant être ajoutés au prix des billets individuels et des réservations. 
  • Un groupe doit être composé d'un maximum de 25 personnes.
  • Il est obligatoire d'utiliser des écouteurs pour des groupes d'au moins 7 personnes qui ont l'intention de visiter le musée avec l'aide d'un guide parlant.
     

Écoles publiques et privées de l'Union européenne:

  • Les écoles publiques et privées de l'Union européenne ont accès gratuitement aux musées d'État de Florence après avoir réservé directement par l'intermédiaire du revendeur officiel.
  • Les groupes qui réservent dans le quota réservé aux écoles publiques et privées de l'Union européenne sont exclus du paiement des 70,00 € supplémentaires.
     

La Galerie des Offices

Histoire de la Galerie des Offices

Voulu par Cosme Ier de Médicis vers 1500, la création de la Galerie des Offices fut ordonnée par le Grand-Duc Francois I. Sa collection d'art fut augmentée par les contributions de nombreux membres de la famille des Médicis, et par d'autres collectionneurs passionnés de peintures, sculptures et objets d'art. La collection de la Galerie des Offices d'oeuvres d'art du 12ème siècle et de la Renaissance contient certains des plus grands chefs-d'œuvre de l'art jamais créé, y compris des œuvres de Giotto, Simone Martini, Piero della Francesca, Fra Angelico, Filippo Lippi, Botticelli, Mantegna, Corrège, Léonard de Vinci, Raphaël, Michel-Ange, et du Caravage. Les collections de la peinture allemande, hollandaise et flamande y compris Dürer, Rembrandt, Rubens sont aussi importantes.

Le palais des Offices fut projeté par Giorgio Vasari. Pour la réalisation du projet, Vasari fit abattre les nombreuses habitations qui occupaient les lieux. La construction engloba même l'église de Saint Pier Scheraggio, réservée au culte jusqu'en 1743. L'objectif de cette construction extraordinaire devait servir de siège aux Offices (Uffizi) administratives de l'état – à savoir les 13 magistratures pour lesquelles le Palais Vecchio voisin était devenu trop petit. À la mort de Vasari, la construction du Palais des Offices fut confiée à Buontalenti et à Alfonso Parigi.

Le Palais des Offices a une forme inhabituelle à U, ouverte vers l'Arno: deux ailes du palais sont reliées par un couloir avec six grandes fenêtres cintrées, face à l'Arno et face à la cour intérieure. Les statues de citoyens célèbres de Florence, du moyen ge au 19ème siècle remplissent plusieurs niches des arcades portique qui supportent les deux étages du bâtiment.

Aujourd'hui, le bâtiment abrite la Galerie des Offices, l'un des musées les plus visités au monde, avec sa collection de chefs-d'œuvre du 13ème au 18ème siècle.

En 1993, une bombe à l'Accademia dei Georgofili (hébergé dans l'un des corps du bâtiment) a provoqué des dommages importants à des chefs-d'œuvre de la Galerie des Offices. La plupart de ces œuvres d'art ont été restaurés et sont à nouveau accessibles au public.

 

La Galerie des Offices

Le début de la Galerie des Offices fut la collection de François Ier de Médicis à laquelle il consacra le deuxième étage de l'immeuble pour son plaisir personnel. La collection est devenue "bien public et inaliénable" grâce à la duchesse Anna Maria Luisa de Médicis dont la volonté était qu'elle serait accessible au public pour toujours.

Aujourd'hui, la Galerie des Offices est l'un des musées les plus importants dans le monde, avec de nouvelles acquisitions et dons provenant de collectionneurs, de dons privés, d'échanges diplomatiques, dynastiques et de patrimoines religieux, de patronages, et de sociétés d'arts et métiers.

 

Le jardin de Boboli

Le jardin de Boboli

Le jardin de Boboli est le plus populaire parc de la ville de Florence et l'un des plus importants exemples de jardins à l'italienne dans le monde. L’aménagement paysager du jardin et la collection de sculptures, allant de l'antiquité romaine au XXe siècle, en font un véritable musée en plein air. Découvrez l'amphithéâtre pittoresque, les fontaines d’Océan et de Neptune, ainsi que l'escalier menant au jardin du chevalier, la grotte de Buontalenti et mille autres beautés – toutes avec une vue imprenable sur le centre de Florence.

Ce fut Éléonore de Tolède, épouse de Cosme I de' Medici, qui acheta la première partie du jardin à la famille de Pitti en 1550. Les plans d'aménagement paysager furent initialement créés par Niccolo Pericoli appelé Tribolo. Après sa mort en 1555, les travaux furent réalisés par Davide Fortini et ensuite par Giorgio Vasari. Ammannati a également contribué au projet entre 1560 et 1583, concevant la cour qui porte encore son nom.

Les familles Médicis, Lorraine et Savoie continuèrent à modifier et agrandirent le jardin jusqu’au XIXe siècle, ajoutant prairies, bosquets et avenues, ainsi que de précieuses œuvres d'art et éléments paysagiste.

Pendant la première phase de la transformation du jardin, la grande surface semi-elliptique connue comme l'amphithéâtre, fut creusée dans une énorme carrière de pierres au pied de la colline de Belvedere. Plus tard elle créa un ensemble harmonieux avec les deux ailes de la cour d'Ammannati, et servit à unifier visuellement le Palais Pitti et les jardins de Boboli.

François Ier de’ Medici employa l'aide de l'architecte Bernardo Buontalenti, qui conçut la «Grotta Grande» après 1574. Les statues de Bacchus et Cérès par Baccio Bandinelli (1552-1556) se trouvent dans les niches à l'entrée de la grotte. Les «Prisonniers» de Michel-Ange se trouvaient dans les coins, jusqu'à ce qu'ils furent remplacés par des moulages en ciment en 1924. Au cours du début du XVIIe siècle, pendant la période du Grand-Duché de Cosme I (1609-1621), le jardin fut élargi au-delà du mur construit pendant la guerre contre Sienne.

L'axe «idéal» du jardin est l'avenue de cyprès menant à l'impressionnant bassin de l'île, construit de 1612 à 1620. La Vasca dell'Isola (le bassin de l’ile), l’un des lieux plus évocateurs du jardin, à l'origine destiné à la culture des agrumes et des fleurs, fut créée par Giulio Parigi. Une fontaine de Vénus était au centre de l'étang à l'origine, mais Ferdinand II la fit remplacer par l’Océan de Giambologna en 1636. Au cours de cette même année, la statue allégorique de l'Abondance, commencée par Giambologna et complétée par Pietro Tacca, fut placée dans sa position actuelle.

Au XVIIIe siècle, la dynastie des Médicis disparut et le Grand-Duché passa à la famille d'Habsbourg-Lorraine. Après une première période d'abandon, des travaux de restauration à grande échelle eurent lieu impliquant les sculptures, l’architecture, les fontaines et ouvrages hydrauliques et les plantes. De nouveaux bâtiments furent placés dans le jardin, y compris le Kaffeehaus (1775) et la Limonaia (une sorte d’orangerie, construite à partir de 1777-1778 conçus par Zanobi del Rosso) et la Palazzina della Meridiana («le petit palais du cadran solaire»), commencée en 1776 par Niccolò Gaspero Paoletti.

Au cours de la période de la domination napoléonienne (1799-1814), la grande-duchesse Élisa Baciocchi, soeur cadette de Napoléon, essaya de transformer le Boboli en un jardin de style anglais. Mais la famille de Lorraine restaura plus tard l’aspect formel d'origine des jardins. En 1834, sous Léopold II, les labyrinthes furent détruits pour faire place à une large avenue adaptée aux carrosses. Au XIXe siècle, le jardin fut souvent utilisé comme toile de fond pour de spectaculaires divertissements en plein air.

 

Musée de la Porcelaine

Le Musée de la Porcelaine, une section du Musée de l'Argenterie, est situé dans un bâtiment séparé, le «Casino del Cavalière». Construit au XVIIème siècle au sommet de la colline qui surplombe les jardins de Boboli, ce fut le refuge choisi du Grand-Duc. Les collections comprennent principalement la vaisselle en porcelaine appartenant aux familles royales qui régnèrent en Toscane (Médicis, Lorraine, Savoie). Le visiteur attentif peut y découvrir le reflet des goûts de l’époque, et de ses personnages historiques.

Le musée consiste en trois salles, où la collection est organisée selon la période historique, les nations et les producteurs.

il y a plusieurs exemples de remarquables objets en porcelaine italienne produites à Doccia (près de Florence) et à la manufacture royale de Naples. Ils furent utilisés en particulier par la famille grand-ducale pour les grands services d'usage quotidien. Des fins services de table provenant de Vienne et de la manufacture allemande de Meissen sont exposés, ainsi que la porcelaine française de Vincennes et de Sèvres, portée à Florence par la maison de Savoie. Les pièces les plus anciennes ont été produites dans la manufacture allemande de Meissen et appartenaient à Gian Gastone, le dernier Grand-Duc Médicis (1671-1737).

 

Le jardin Bardini

À proximité du jardin de Boboli, le méconnu jardin Bardini s'étend sur 4 hectares de parc entre la rive gauche de l'Arno, la colline de Montecuccoli et l'enceinte médiévale. Il était à l'origine un système de jardins potagers murés vers le Palais Mozzi et la colline. Au XVIIIe siècle, Giulio Mozzi, amateur de jardin, enrichi la propriété avec un long mur nanti de fontaines. Au milieu du XIXe siècle, le jardin baroque fut agrandi par l'achat du jardin avoisinnant anglo-chinois de Villa Manadora, créé par Luigi Le Blanc au début du XIXe siècle.

Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, la princesse Carolath Benten acheta toute la propriété qu’elle enrichit de détails victoriens.

En 1913, l'antiquaire Stefano Bardini acheta le domaine et créa une route d’accès de la villa jusqu’à l'Arno, détruisant ainsi les jardins d'origine médiévaux. Après la mort de son fils Ugo en 1965, un long procès héréditaire commença, auquel le ministre Paolucci mis fin en 1996. En 2000, la banque Cassa di Risparmio di Firenze, par le biais de la fondation Parchi Monumentali Bardini e Peyron, commença une restauration pendant presque 5 ans, restituant identité, composition et biodiversité du parc.

L'escalier baroque, avec le belvédère sur la ville et les six fontaines avec mosaïques décoratives est la partie la plus impressionnante du jardin. Des roses de Bourbon et des iris ont étées plantées le long de l'escalier. Un jardin de graminées et le théâtre vert sont situés dans la partie inférieure. Des arbres fruitiers de la tradition toscane ont été plantés dans le parc agricole. Un belvédère conduit à un tunnel de glycines, d'où on peut admirer outre 60 espèces des hortensias. Le champ d'azalées est situé dans le jardin à l'anglaise, où vous verrez également quelques belles fougères, viornes, Camélia et une collection d'agrumes.

De la Villa Bardini (à quelques minutes du Boboli), vous pouvez descendre à travers les jardins luxuriants, avec vue sur les monuments de Florence. Presque 7 km de chemins sinueux sont à votre disposition - ils vous feront sortir sur la Via Bardi à 5 minutes de la rive de l’Arno et du Ponte Vecchio!

 

Palais Pitti

Palazzo Pitti

Situé sur la première grande place dans le quartier que les Florentins appellent «Diladdarno»- au-delà de l'Arno - Palazzo Pitti domine d'une petite élévation au pied de la colline de Boboli. À quelques minutes du Ponte Vecchio, le grand Palais Pitti, de style principalement Renaissance était la résidence des Médicis. La puissante famille florentine l’acheta à un riche banquier nommé Luca Pitti en 1549 et le transforma en résidence principale du Grand-Duché de Toscane. Les Médicis ajoutèrent à l'immeuble de base d'origine et transformèrent le Palais en véritable écrin.

En 1565, le Grand-Duc ordonna la construction d'un corridor «secret» afin que la famille puisse rejoindre la Piazza della Signoria et le Palazzo Vecchio, siège du gouvernement, a l’abri du danger. Vasari fut chargé avec la conception et la réalisation du projet.

Le grand-duc Ferdinand II convoqua des artistes de grandes renommées, tels que Giovanni da Sangiovanni et Pietro da Cortona, pour décorer certaines chambres de magnifiques fresques, transformant ainsi le palais en véritable résidence royale.

Ce fut la famille de Lorraine qui termina la façade que nous connaissons aujourd'hui, en ajoutant les deux «rondò» latéraux qui allongent le palais vers la place, semblant l'embrasser.

À la fin du 18e siècle, Pietro Leopoldo chargea Gaspare Maria Paoletti et Pasquale Poccianti de construire la Palazzina della Meridiana, la dernière partie ajoutée au bâtiment.

Pendant une brève période le palais fut aussi résidence du roi d'Italie lorsque Florence était la capitale de l'Italie, de 1865 à 1870.

Palazzo Pitti, qui à travers le temps assuma différentes fonctions, est aujourd'hui le siège de grands musées, comme le Musée de l'Argenterie, le Musée de la Porcelaine, la Galerie du Costume, le Musée du Carrosse, la Galerie Palatine, la Galerie d'Art Moderne, et le Jardin de Boboli. La visite permet de découvrir bâtiments, chambres et salles du palais, et de goûter les splendeurs de la cour d'une époque lointaine, préservée fidèlement à travers l'histoire.

Le jardin du palais, le Boboli, est l'un des jardins les plus aimés de Florence. Il offre de vastes espaces verts aménagés à la perfection, de splendides œuvres de sculpture, ainsi que de superbes vues sur Florence.


 

La Galerie Palatine

La Galerie prend son nom du fait qu'elle est située dans le palais de la famille régnante. Ouvert au public par la Maison de Lorraine dès 1828, elle est toujours organisée comme une traditionnelle collection privée, ne suivant ni ordre chronologique ni mouvements picturaux, révélant plutôt le luxe et les goûts personnels des habitants du palais.

L'histoire de ce musée est inséparablement liée à l'histoire des Médicis, à leurs collections et aux artistes sous protection de la famille, en particulier sous celle du Cardinal Leopoldo (1613-1675), du cardinal Giovan Carlo (1611-1663), et du prince Ferdinand (1663-1713). Les œuvres recueillis ici étaient de fonction et valeur privée, tandis que la galerie de la représentation était celle des Offices. Grâce à l'intérêt des Habsbourg-Lorraine (1737-1848) les collections grandirent, et furent réunies dans les appartements de la famille Médicis.

Vous accèderez aux 28 salles qui abritent la Galerie Palatine par l'escalier construit par Ammannati. À l'époque des Médicis, ces salles étaient appartements privés du Grand-Duc ainsi que chambres d'audience. Un décor majestueux de fresques et de stucs par Pietro da Cortona (1596-1669) orne ces espaces. Inspiré par le mythe classique comme allusion à l'éducation et à la vie du prince, ce travail est l'un des plus représentatifs exemples du baroque florentin. Il forme une magnifique toile de fond pour les œuvres d'art du 16e et 17e siècles exposées ici.

Parmi les nombreuses oeuvres d'art il convient de noter un groupe formé par des chefs-d'œuvre issus de Titien et de Raphaël. Ceux-ci sont entrés en possession des Médicis par la volonté de Vittoria della Rovere, épouse de Ferdinand II de Médicis et fille cadette du duc d'Urbin. Seuls le Gentilhomme anglais et la Madeleine de Titien, la Madone du Grand-duc, la Madone de la chaise, et le Portrait de Maddalena Doni par Raphaël valent la visite.

La galerie offre également un aperçu complet de la peinture européenne du 17ème siècle, présentant des œuvres célèbres comme Les quatre philosophes et L'Allégorie de la guerre par Rubens, le Portrait du cardinal Bentivoglio par Van Dyck, la Vierge à l'enfant de Murillo, Cupidon endormi du Caravage, et autres portraits de Frans Pourbus et Velázquez. D’exceptionnelles œuvres plus matures de Bronzino, Fra Bartolomeo, Piero Pollaiuolo, et Filippo Lippi sont également exposées.

D'un point de vue historique et artistique quelques-unes des salles sont particulièrement remarquables: la Salle de Musique décorée et meublée en style néoclassique, la Salle des Putti consacrée entièrement à la peinture flamande, et la Salle du Poêle, décorée avec l’Allégorie des quatre âges de l'homme, chef-d'œuvre créé par Pietro da Cortona en 1637, sur commande des Médicis. Ce cycle de peintures représente le début du baroque de l'école de peinture florentine.


 

La Galerie d'Art Moderne

Palazzo Pitti a ouvert ses portes à l’art moderne en 1924 avec la Galerie d'Art Moderne, dans les appartements habités par la famille royale jusqu'en 1920. Aujourd'hui, ces 30 salles sont remplies de chefs-d'œuvre de la peinture italienne, du néoclassicisme toscan, du naturalisme et de l'école préimpressionniste toscane, le mouvement Macchiaioli.

Organisée chronologiquement, l'exposition commence par le néoclassicisme, avec des œuvres de Napoleone di Pietro Benvenuti, Joseph Bezzuoli, et Francesco Hayez. Les sculptures les plus importantes dans les premières salles sont la Calliope par Antonio Canova, Psyché abandonnée de Pietro Tenerani et le célèbre Abel de Giovanni Dupré.

Certaines des œuvres les plus connues comprennent des peintures du cercle Macchiaioli, un groupe de peintres actifs en Toscane qui anticipa le mouvement impressionniste français, même si les objectifs qu’il poursuivait étaient légèrement différents. Grâce à la collection de Diego Martelli, critique d'art et ami de beaucoup de ces peintres, la galerie comprend de nombreuses œuvres de Giovanni Fattori, le plus important représentant du mouvement, ainsi que des œuvres de Silvestro Lega et Telemaco Signorini.

D’autres peintres italiens importants représentés sont Giovanni Boldini, Federico Zandomeneghi, Francesco Podesti (avec le remarquable portrait de la poétesse Elizabeth Barrett Browning avec son jeune fils Robert), Antonio Donghi, Giorgio Morandi, Filippo De Pisis, les futuristes tels que Giacomo Balla et Filippo Marinetti, et la peintre française Élisabeth Chaplin. Font également partie de la collection des sculptures, avec par exemple des œuvres d’Adriano Cecioni.

 

Le Musée du trésor grand-ducal ou Musée de l'Argenterie

Le Musée du trésor grand-ducal ou Musée de l'Argenterie occupe 25 salles de l'aile gauche du Palais Pitti, choisies en 1861 comme emplacement pour l’exposition. Le noyau de la collection fut initialement conservé au Palazzo Medici dans la via Larga (maintenant via Cavour), où Cosme l'Ancien avait commencé une riche collection d'objets précieux au XVe siècle. Son fils Piero et son petit-fils Laurent le Magnifique ajoutèrent à cette collection plus tard. Parmi les objets les plus précieux sont les vases ayant appartenu à Laurent, qui sont considérées comme extrêmement précieux, du point de vue historique ainsi que de celui artistique. L’organisation actuelle du Musée met l'accent sur différents aspects de la collection grand-ducale ainsi que sur la beauté des salles choisies pour l'exposition.

Un escalier secret mène au premier étage, au coeur du trésor du Musée: les chambres des camées et des bijoux qui appartenaient à Anna Maria Luisa, la dernière Medici (début du XVIIIème siècle), qui achetait des bijoux précieux dans toute l’Europe.

Les deux salles suivantes contiennent le célèbre Trésor de Salzbourg, qui fut porté à Florence par Ferdinand III de Lorraine, après son retour d'exil suite à la brève période napoléonienne.

Le Musée de l'Argenterie comprend également la salle Orientale avec porcelaines chinoises et japonaises. Au rez-de-chaussée, vous trouverez également la précieuse collection d'ambre et la salle des cristaux et des pierres semi-précieuses.

Remarquable est la grande salle décorée de fresques par Giovanni da San Giovanni (1592-1636) et ses assistants à l'occasion du mariage de Ferdinando II de' Medici et Vittoria della Rovere (1634), où des allégories mythologiques somptueuses font référence aux nombreux aspects de la vie culturelle et politique des Médicis sous Laurent le Magnifique.

 

Le Musée de la Mode et du Costume

Vous trouverez le Musée du Costume au coeur du Palais Pitti, dans le petit bâtiment de la Meridiana. C’est le premier Musée d’État dédiée entièrement à l'étude et à la préservation de costumes, accessoires et tissus.

Fondé en 1983 par Kristen Aschengreen Piacenti, le Musée du Costume conserve une collection de plus de 6000 éléments de grande valeur historique, y compris des vêtements anciens et modernes, des accessoires et des costumes pour le théâtre et le cinéma.

Au centre du Musée du Costume se trouve la célèbre collection Medici, parmi les plus anciennes au monde, composée des vêtements de sépulture portés par Cosme I de Médicis, son épouse Éléonore de Tolède et leur fils Don Garzia, tous restaurés dans les ateliers de restauration du Musée.

Les besoins de préservations dictent qu’une rotation des costumes présentés dans les 13 salles d’exposition ait lieu deux fois par an. Ce changement de costume constant transforme le Musée en lieu vivant, animé d’événements et de nouvelles idées qui permet au public de régulièrement découvrir des costumes «nouveau».

Une section du Musée accueille la fascinante collection Flora Wiechmann Savioli, avec des bijoux créés par l'artiste de 1958 à 1968. En acier, argent et autres métaux «pauvres», les pièces aux lignes simples, modernes et géométriques sont toutes faites a la main.

Une place importante est également réservée aux costumes contemporains, avec des collections représentant les plus grands protagonistes internationaux de la haute couture et du prêt-à-porter, comme Worth, Poiret, Vionnet, Capucci, Missoni, Valentino, Pucci, Ferré et Yves Saint Laurent, pour n'en nommer que quelques-uns.

 

 

Fermeture: Musée de la mode et du costume

Attention: le Musée de la Mode et du Costume du Palais Pitti sera partiellement ouvert du mardi 13 novembre au dimanche 18 novembre 2018 (seuls les premiers couloirs 1 à 6 resteront visibles) et il fermera complètement à compter du lundi 19 novembre 2018 au 7 janvier 2019.

Précisions sur les prix

Calendrier

Share this Service